1 mois à tes cotés


Le temps où tu étais nichée au creux de mon ventre me parait si loin, et pourtant, c’était il y a seulement un mois. Un mois seulement que tu es parmi nous, mais j’ai comme l’impression que tu as toujours été là, que je t’ai toujours connue.

Cette grossesse est passée terriblement vite, à tel point qu’inconsciemment je n’avais pas envie d’accoucher afin de profiter de ces derniers instants plus que magiques. Pour preuve, nous avons passé une journée supplémentaire ensemble alors que ce n’était pas prévu selon leur date. Je me rappelle encore du temps où je culpabilisais de n’avoir pas pu profiter de toi autant que je l’avais fait pour ta soeur. Je n’ai pas pu faire autant d’haptonomie, je n’ai pas pu autant te parler, je n’ai pas pu autant te caresser. Et pourtant, lorsque pour la première fois je t’ai sentie tout contre moi, j’ai eu l’impression de te connaitre depuis toujours.

naissance
Le jour de ta naissance

Ton visage me semblait familier, tu étais comme je t’avais imaginée. Tu es douce, calme et délicate comme mon instinct de maman me le chuchotait. Tout me parait plus facile avec toi, comme si nous nous connaissions et que nous formions une belle équipe depuis longtemps. Cela fait 1 mois que tu grandis grâce à lait maternel, un souhait qui m’était cher pendant que je t’attendais. J’avais envie de retenter cette expérience, qui s’est montrée compliquée lorsque j’allaitais ta soeur. Je me sens évidemment plus confiante, plus affirmée, mais je dois avouer que tu m’aides beaucoup dans cette aventure tellement cela a l’air naturel pour toi. Serait-ce parce que tu es née à terme ?

Je me rappellerai toujours du moment où tu as rencontré ta grande soeur pour la première fois. J’appréhendais cette rencontre, mais j’avais également tellement hâte ! Hâte de voir votre réaction, hâte de voir mes deux bébés ensemble. Des larmes de joies me sont venues lorsque je vous ai vues toutes les deux dans cette toute petite chambre à la maternité. Je crois que ta soeur est devenue ta plus grande fan dès qu’elle t’a vue. Elle veut constamment te parler, te faire des bisous, et te caresser la tête. Je suis certaine que c’est le début d’une belle relation. Je suis heureuse et rassurée car j’avais peur que ta soeur soit malheureuse de ne plus être l’enfant unique.

rencontre
Ce moment où mes trois amours étaient à mes cotés

Une fois tous les quatre à la maison, je me suis demandée si nous allions réussir ce pari fou ! Deux bébés à la maison, ça peut faire peur, surtout quand on t’a répété pendant des mois que tu allais en baver ! Finalement, tout s’est montré plus simple que ce que j’imaginais. Nous arrivons à nous en sortir sans regretter notre choix, même si ce n’est pas facile tous les jours. Mais le bonheur que nous avons au quotidien nous permet d’affronter les petits moments difficiles de la journée.

Mon téléphone est saturé de photos. Je ne veux oublier aucun instant, je veux pouvoir te revoir durant tes premiers jours. Pas une seule journée ne passe sans que je t’admire et sans que je contemple ton évolution. Te voir ouvrir les yeux, te voir tenir ta tête, te voir sourire autrement qu’avec des sourires d’anges… Je ne me lasserai jamais de voir ce que la nature est capable de faire. Nous t’avons faites, tu as grandi dans mon ventre et tu évolues avec nous maintenant. Je sais qu’un jour tu prendras ton envole, mais s’il te plait, ne grandis pas trop vite.

mes-filles
Avec mes deux amours à la maison

Je profite de chaque jour, de chaque instant, et même si le temps file à toute allure, j’essaie de ne pas être trop nostalgique. Car oui, il m’arrive d’être nostalgique à seulement 1 mois de la naissance. En même temps, comment faire autrement lorsqu’on a eu son accouchement rêvé ? Ou encore un 9ème mois formidable après une grossesse compliquée ?

Quoi qu’il en soit, je t’aimais avant de te porter, je t’ai aimé en te portant, je t’aime chaque jour au quotidien et je t’aimerai pour toujours. Et même quand tu seras grande et à ton tour maman, tu resteras toujours mon bébé.

Ta maman qui t’aime d’un amour inconditionnel.

5 commentaires sur “1 mois à tes cotés”

  1. joli texte !
    j’ai également ressentit de la nostalgie dès le premier mois … parce que j’aime voir ma fille grandir et évoluer, mais je voudrai la garder toute petite aussi !
    continue de profiter de chaque instant avec ta belle famille !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :