Vers la fin du cododo


Ah le cododo… un sujet qui fait débat dans notre société ! Tandis que certains affirment que dormir dans le même lit que ses parents est une cause de mort subite du nourrisson, d’autres pensent qu’au contraire que cela l’éviterait. Qui a raison ? Qui a tord ?

Dans nos sociétés occidentales, le cododo est fortement critiqué alors qu’il est tout à fait naturel dans d’autres pays. Je pense que cela est lié à notre mode de vie qui nous incite à nous détacher rapidement de notre enfant : la reprise prématurée du travail (pour la maman mais aussi pour le papa), l’absence de soutien en ce qui concerne l’allaitement, la pratique du portage mise à l’écart, un rythme de vie cadencé… Nous souhaitons absolument que nos enfants fassent rapidement leurs nuits et deviennent autonome afin de pouvoir tenir le coup, et est-ce vraiment un mal en soi ? Peut-on nous en vouloir, nous, parents, de souhaiter dormir la nuit lorsqu’on nous impose un rythme de vie difficilement tenable avec un ou plusieurs enfants ? Je ne pense pas.

D’un autre coté, peut-on critiquer ceux qui souhaitent dormir à coté de leur bébé les premiers mois, voire les premières années ? Est-ce vraiment mauvais pour les enfants et la vie de couple ? Je ne pense pas non plus, et la preuve en est que de nombreux parents sont ravis de cette expérience, et je pense même que c’est la méthode la plus naturelle.

À la maison, nous avons opté pour le partage de la chambre parentale les premiers mois avant de la laisser dormir seule dans sa chambre. Cela ne me dérange pas de partager notre chambre avec mon bébé lorsque je suis en congé maternité et parental. Je dirais même que je préfère car cela me rassure et facilite l’allaitement, même si nous avons tous un sommeil plus léger. Mais avec la reprise du travail, je me vois mal continuer ainsi au risque de sombrer dans le burn-out… C’est pourquoi je prépare tranquillement cette deuxième séparation (la première étant la naissance…) en mettant en place toutes ces petites choses qui me rassurent. Mais avant, retour sur notre expérience du cododo.

Le cododo pour me rassurer

Après être passée 9 mois en fusion avec ma fille, je ne pouvais pas la faire dormir directement dans sa chambre, il me fallait une transition. Pouvoir la sentir, l’entendre et répondre à ses besoins rapidement est pour moi essentiel les premières semaines. Je n’ai jamais souhaité qu’elle dorme dans le même lit que nous car cela ne me permet pas d’avoir un sommeil profond. J’ai peur de l’écraser, j’ai peur qu’elle s’étouffe sous la couette, j’ai peur qu’on lui donne un coup pendant la nuit… bref le lit partagé n’est vraiment pas quelque chose qui me rassure et qui me permet de me reposer pleinement. Et le repos, j’en ai bien besoin avec mes journées remplies ! Pourtant, il est dit que lorsqu’on allaite, ce qui est mon cas, la vigilance serait nettement plus grande grâce aux hormones de l’allaitement, et sans danger si nous suivons les recommandations. Mais rien n’y fait. Je ne veux pas. Je préfère me lever pour aller la chercher dans son berceau et la bercer après la tétée que de partager mon lit en ayant peur toute la nuit. Et puis, au final, on est pas si loin toutes les deux.

dormir-avec-ses-parents
Son landeau posé tout près de moi

En dormant dans la même pièce qu’elle, j’ai peut-être un sommeil plus léger mais je peux au moins entendre ses moindres faits et gestes. Je me réveille dès qu’elle respire mal, j’ai ma montée de lait dès qu’elle commence à pleurer, je peux la regarder pour vérifier que tout va bien… C’est vraiment indispensable pour moi d’être pleinement rassurée les premières semaines, voire les premiers mois.

Concernant ma première expérience avec mon ainée, j’ai arrêtée l’allaitement au bout de 11 jours. Et je suis convaincue que les hormones de l’allaitement aide la maman à se réveiller la nuit car une fois les biberons installés dans la routine de notre puce, les réveils étaient devenus vraiment difficiles pour moi. À ses un mois, nous avons décidé de la faire dormir dans sa chambre, seule. Dans notre ancien appartement, les chambres étaient collées, ce qui laissait une certaine proximité. Étrangement, c’est à partir de ce moment là qu’elle a commencé à faire ses nuits. Elle ne se réveillait plus à cause de notre respiration et de notre lit grinçant. Depuis cette étape, la miss refuse de dormir avec nous. Lorsque nous n’avons pas le choix que de faire chambre partagée, son sommeil est saccadé et elle n’arrive pas à trouver un sommeil réparateur. Comme quoi, chaque enfant est différent et certains aiment bien être seuls dans leur lit et dans leur chambre ! 🙂

Une transition en douceur

La nuit, notre petite mini dort encore avec nous, mais nous commençons à la mettre dans sa chambre en journée afin qu’elle apprivoise son nouvel environnement. À vrai dire, elle le connait déjà puisque c’est dans cette pièce que nous la changeons. Les odeurs et l’ambiance de la pièce ne sont donc pas tout à fait nouveaux pour elle.

Au tout début, nous y sommes vraiment allés en douceur : nous l’avons posée quelques minutes dans son lit plusieurs fois pour qu’elle prenne ses repères, tout en restant à coté d’elle. À chaque fois, elle était calme. Elle regardait ce qui l’entourait d’un point de vue totalement nouveau pour elle.

Nous avons ensuite essayé quelques siestes en journée, surtout le matin et en début d’après-midi, car c’est durant ces périodes qu’elle est le plus calme. La gigoteuse placée dans son lit n’a pas été lavée afin de conserver son odeur. Cette expérience s’est montrée plutôt concluante puisqu’elle semblait bien s’y sentir. La petite mini ne fait pas toutes ses siestes dans sa chambre car je tiens à ce qu’elle participe à la vie de famille. Je ne veux pas l’obliger à faire ses nuits, elle les fera lorsqu’elle le voudra, mais c’est important pour moi qu’elle comprenne que la journée, on vit, et la nuit, on dort. Chez nous, c’est comme ça que ça fonctionne ! 🙂

Pour faciliter cette transition, nous avons adopté deux petits objets qui sont devenus indispensables dans notre quotidien : une veilleuse et un écoute bébé.

Une veilleuse pour la nuit

Depuis notre retour à la maison, nous utilisons une petite veilleuse pendant la nuit : la toute nouvelle veilleuse Pixie Stick de chez Béaba. Je regrette même de ne pas l’avoir eue durant pour séjour à la maternité car je la trouve vraiment géniale pour la nuit et l’allaitement. Au début, je l’avais choisie pour ma fille mais étant donné qu’elle n’en a pas besoin pour le moment, je l’utilise à sa place. Je continuerai donc à l’utiliser pour ma petite mini lorsque je devrais m’occuper d’elle dans sa chambre sans devoir allumer la grande lumière.

Cette veilleuse, toute simple mais pas moins efficace, diffuse une lumière douce et légèrement orangée, idéale pour la nuit. En effet, je ne le savais pas avant de discuter avec ma copine lladymum, mais la couleur de la veilleuse aurait un impact sur notre sommeil en agissant sur la sécrétion de la mélatonine, l’hormone responsable de l’endormissement. Lorsque la lumière est bleue, cette sécrétion serait retardée alors qu’une lumière jaune-orangée ferait l’effet inverse. Intéressant non ?

veilleuse-pixie-stick

Cette veilleuse possède deux niveaux de luminosité : une faible et une un peu plus intense. Personnellement, j’utilise uniquement le deuxième niveau qui est quand même assez faible tout en me permettant de faire un change et d’allaiter confortablement. Ces modes sont sélectionnables grâce à un gros bouton situé à l’arrière de la veilleuse. 1 clic, on allume la veilleuse sur l’intensité la plus faible. 2 clics, on augmente un peu plus l’intensité de la lumière. 3 clics, on éteint la veilleuse. Un fonctionnement très simple et facilement compréhensible pour les parents, mais surtout pour les enfants (car oui, à la base, cette veilleuse leur est destinée ahah) !

veilleuse-pixie-stick-bouton-

J’adore son design et je trouve qu’elle convient parfaitement à l’univers de l’enfance. La matière est douce, la forme est ronde et rassurante et surtout : elle semble résister aux chocs (et ma grande mini a effectué ce test plusieurs fois en la jetant par terre) ! L’enfant peut donc prendre sa veilleuse dans son lit sans problème. Il peut également la transporter facilement grâce à sa poignée.

Pas besoin de pile pour faire fonctionner cette veilleuse puisqu’elle se recharge toute seule sur son socle USB. Le petit point négatif est que BEABA ne fournit pas d’adaptateur sur une prise secteur, il faudra donc vous en procurer un si vous souhaitez le brancher sur une prise pour le mettre dans la chambre de votre enfant. La veilleuse promet une autonomie de 35 heures, mais pour être tout à fait franche, je ne me suis pas amusée à vérifier cette information. En tout cas, il est vrai que je n’ai pas besoin de la recharger souvent pour l’utilisation que j’en fais ! Il n’y a pas d’indicateur pour nous informer que la veilleuse doit être rechargée, mais l’intensité de la lumière diminue progressivement lorsque l’énergie commence à manquer.

veilleuse-pixie-stick-socle-

La veilleuse Pixie n’est donc pas prête de finir au placard étant donné qu’elle peut être utilisée par toute la famille, les petits comme les grands !

Un écoute bébé pour l’entendre et garder une certaine proximité

Dans notre ancien appartement, l’écoute bébé n’était clairement pas indispensable puisque ce n’était pas bien grand, mais avec notre récent déménagement, il fallait s’en procurer un si nous voulions faire dormir notre petite mini seule dans sa chambre. On nous avait offert un écoute bébé de compet’ : vidéo, détecteur de sons, possibilité de contrôler la caméra à distance et de déclencher une veilleuse ou encore de parler à son bébé… Mais voilà, je trouve que c’est inutile d’avoir toutes ces fonctions. D’autant plus que celui-ci communiquait grâce au réseau Wifi et à un serveur distant, donc en plus d’utiliser nos données, la surveillance avait un temps de latence important bien qu’on ait la fibre. Bref, je voulais quelque chose de simple, mais efficace !

C’est donc encore auprès de chez BEABA que j’ai trouvé mon bonheur avec le nouveau Mini Call. Avec lui, je peux me balader partout dans la maison : en cuisine, dans ma chambre et même dans ma salle de bain. Il a une portée de 300m (ce qui est laaaargement suffisant) et est résistant aux chutes et à l’eau. La sensibilité d’écoute est impressionnante puisque même lorsqu’il est placé loin du bébé, le Mini Call transmet les sons qu’il émet. Je pense également qu’il est doté d’un système qui détecte les bruits de fond puisqu’il ne transmet pas le son de la veilleuse sonore si bébé ne pleure pas.

minicall-beaba-babyphone

Il est possible de régler le volume sonore, voire même de le couper grâce aux signaux lumineux qui indiquent la détection ou non de bruit (ce qui peut être pratique en cas d’appel téléphonique ultra important j’imagine). Si les appareils perdent la liaison, alors un son est émi afin d’avertir les parents.

Encore une fois, pas besoin de changer les piles pour faire fonctionner l’écoute bébé ! L’unité bébé fonctionne en étant branché sur une prise secteur et l’unité parent puise son énergie dans des piles fournies dans la boite et rechargeables grâce au câble de l’unité bébé.

minicall-beaba

Le Mini Call ne peut pas fonctionner sans émettre d’ondes, ça va de soi. Or nous savons qu’elles ne sont pas bonnes pour notre santé même si nous y sommes exposés à longueur de journée (Wi-Fi, Bluetooth…). C’est pourquoi je vous recommande de ne l’utiliser que lorsque cela est vraiment nécessaire, et de l’éloigner au maximum de votre enfant (vu la sensibilité de l’écoute, cela est tout à fait faisable).

♦ ♦ ♦

Maintenant, il n’y a plus qu’à couper le cordon, mais pas tout de suite. Maman a encore besoin d’un peu de temps 🙂

Et vous, cododo ou chambre séparée ?

Des bisous, et en attendant, prenez soin de vous !

 

Article rédigé dans le cadre de Bande de parents

6 commentaires sur “Vers la fin du cododo”

  1. Ici, cododo jusqu’a ses 9 mois, dans un berceau, puis dans son lit (mais jamais dans le mien). Bien que allaitée elle fait ses nuit depuis ses 8 semaine, mais j’avais ce besoin animal de veiller sur elle.

    Pour accepter de la mettre dans sa chambre, j’ai acheté le tapis de respiration avec camera, sinon je n’aurai pas dormis de la nuit (inquiete moi ? Jamais de la vie !)

  2. Malgré l’allaitement de 3 mois, on n’a pas fait de cododo. Gabriel a dormi une nuit avec nous et ça a été une catastrophe. Lui comme mois n’arrivions pas à trouver un sommeil profond et le lendemain a été compliqué. Du coup il a été tout de suite dans sa chambre (avec sa veilleuse tranquille turtle de couleur bleue mais qui ne l’a jamais perturbé, donc encore une fois, ça doit dépendre des sensibilités de chacun) et comme ta première, il ne peut dormir avec nous sans être perturbé. D’ailleurs on ne réussi même pas à lui faire faire une sieste avec nous, il refuse. C’est aussi pour ça qu’il est toujours dans son lit de bébé, sinon il ne dort pas. Heureusement qu’il ne cherche plus à s’échapper pour le moment (il le faisait pendant les grandes vacances puis il s’est calmé, vas savoir pourquoi…).
    Tu reprends quand le travail ? En toute cas merci pour cet article bien intéressant.

    1. C’est rigolo car ma grande a le même comportement que Gabriel. Même les siestes avec nous sont impossibles (à mon plus grand regret, mais chut, je me rattrape avec la deuxième…). En revanche, elle dort toujours aussi bien dans son lit de grande !

      Concernant la couleur de la veilleuse, je te rassure, nous avons l’hippo dodo de vtech pour la grande et ça ne l’a jamais perturbée. Après, je trouve ça intéressant de le savoir, et je pense que ça peut aider les enfants qui ont beaucoup de mal à s’endormir ! En tout cas, j’ai tendances à faire des insomnies et la couleur de cette veilleuse m’aide à me rendormir facilement contrairement !

      Je reprends en janvier. C’est dans un petit moment mais ça approche tellement vite. J’ai un peu peur d’avoir du mal à tout gérer avec la fatigue, mais il va falloir y aller ! Je suis ravie que cet article t’ait plu 🙂 Bisous !

    2. Oui j’ai vu pour son lit de grande ! Mais je t’avoue que je n’ai pas hâte de le passer en lit de grand, c’est mon bébé.
      C’est vrai que c’est bon à savoir pour un enfant qui a du mal à dormir. La My Hummy me tente bien pour le second (un jour, je ne suis pas pressée ).
      Ça va vite arriver, tu fais bien de t’y préparer. Je suis sûre que tu vas gérer sans soucis. ☺️

  3. Nous on a longtemps fait du cododo (meme que Ꮥienna-ℛose s invite toujours dans notre lit parfois ), il m’était et m’est impossible de les isoler, seules dans une chambre…. Ꮥienna-ℛose est restée longtemps avec nous mais par contre pas dans le meme lit. Non seulement on aimait pas ni l’une ni l’autre mais contrairement à ce qu on dit chez nous c’était pas du tout réparateur . Lit à barreau à côté du mien et c’était nickel.

    Comme toi il y a aussi le côté pratique pour l’allaitement.

    Puis j’avoue parfois je me réveille juste pour regarder si bebe respire, juste contempler son (leur) visage. C’est facile, le lit est là 🙂 a porte des yeux 🙂

    Ꮥienna-ℛose est passée vers 6 mois dans sa chambre car je m’étais fixé une date bizarre et inexplicable.. enfin si j avais envie de retrouver de l’intimité simplement. Puis comme tu le dis le Baby phone pour ça c est génial! Bon je n’ai pas le même que toi mais il est gebial quand meme (meme si nous C’est une lumière blanche dessus … du coup elle est éteinte).

    Merci pour le joli poke :)) c’est toujours un réel plaisir d’échanger avec toi ♡

    Je crois que chaque personne est différente et chaque bebe aussi… j’ai appris il y a peu que de dormir dans la même chambre c’était aussi du cododo… je pensais que c’était réservé au partage du lit parental .. comme quoi 😀

    ℒilas-ℬeℓℓe est avec nous je ne sais pas pour combien de temps et je t avoue… je m’en fiche…

    On verra ♡

    Je ne connais pas ce que tu décris avec les biberons mais c’est vrai que c’est souvent ce qui revient. Alors je suis persuadée également que l’allaitement aide largement… la preuve avant d’avoir ℒilas-ℬeℓℓe j’avais du mal à me lever la nuit pour Ꮥienna-ℛose (sauf lorsqu’elle était malade evidemment, maman en alerte) alors que pour ℒilas-ℬeℓℓe… il ne me faut pas 3 secondes pour être sur pied et l’avoir dans les bras et au sein en réalité… Et ensuite me rendormir illico presto!

    Bon apres j’ai beaucoup de chance Ꮥienna-ℛose a fait ses nuits à 1mois et demi et ℒilas-ℬeℓℓe a 2 mois… (meme si la vérité c’est que Ꮥienna-ℛose depuis les 18 mois nous fait des nuits puis n’en fait pas )

    Je crois qu’on se sent prêt à un moment donné en fait…

    Des bisous miss 🙂 ♡

  4. Ici nous n’avons pas fait de cododo mais je le regrette un peu, je n’avais pas vraiment réfléchi à la question et le papa n’était pas tout à fait d’accord !
    La première nuit sans lui j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps car j’avais l’impression de l’abandonner !
    Toutefois dès qu’il est malade, il n’est pas rare qu’il finisse la nuit avec nous.
    Enfin je ne comprends pas pourquoi les gens jugent cette pratique, si on en ressent le besoin c’est que l’on est pas prêt à couper le cordon une deuxième fois. Dans certains pays cela semble même normal de le faire.
    Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :