Se préparer à l’accouchement naturellement et sereinement


Pour mon premier accouchement, j’ai eu la sensation de l’avoir subi, d’avoir été dépossédée de mon corps et de ma raison. J’étais dans un autre monde, j’avais totalement oublié tout ce que j’avais appris pendant les cours de préparation à l’accouchement. Il faut dire que nous avions été un peu pris au dépourvu : j’ai commencé à contracter violemment peu de temps après m’être couchée. Nous manquions donc tous les deux de sommeil et nous ne savions pas si c’était encore une fausse alerte. C’est pourquoi j’avais envie d’être mieux préparée pour cet accouchement.

Je ne souhaitais que des méthodes douces et naturelles, en laissant la nature faire son travail tout en lui donnant un petit coup de pouce. Je ne voulais pas faire souffrir mon corps mais simplement l’aider à être prêt.

Évidemment, rien ne remplacera une consultation avec un professionnel, mais je tenais à vous partager mon expérience concernant ma préparation à l’accouchement. Ça vous donnera peut-être des idées !

Les tisanes aux feuilles de framboisier

J’ai commencé à boire des infusions de feuilles de framboisier vers le début du troisième trimestre en raison de mes contractions quotidiennes. En effet, cette tisane aurait plusieurs bienfaits pour la fin de grossesse. Elle permettrait :

  • d’atténuer les contractions de faux travail
  • de calmer les utérus contractiles
  • de renforcer l’efficacité des contractions du vrai travail en favorisant la dilatation du col

Ne vous attendez pas à voir un goût de framboise dans votre tisane : ça n’a vraiment rien à voir ! Personnellement, j’apprécie en boire mais si vous n’êtes pas fan, vous pouvez ajouter une cuillère de miel :).

Pour être tout à fait franche, je n’ai jamais été régulière et je ne me suis jamais forcée à en boire si je n’en avais pas envie (surtout qu’ayant une fin de grossesse en plein été, j’avais plutôt envie de frais…!). Mais il est tout à fait possible de prendre une à trois infusion par jour si vous le souhaitez. Certaines sage-femmes recommandent de ne pas commencer avant le 9ème mois, c’est pourquoi je vous conseille de demander l’avis de votre médecin avant d’en prendre.

L’homéopathie pour préparer son col

Dans ma famille, nous utilisons beaucoup l’homéopathie. Mon arrière-grand-mère, ma grand-mère et ma mère ont souvent eu recours à ces méthodes pour se soigner. C’est donc tout naturellement que j’ai souhaité prendre de l’homéopathie pour préparer mon corps à l’accouchement. Malheureusement, il est difficile d’avoir un rendez-vous avec un homéopathe en région parisienne, c’est pourquoi je me suis concoctée mon propre programme après plusieurs longues heures de recherche.

accouchement-homeopathie

Dès la 37ème semaine d’aménorrhée, la fameuse semaine où bébé peut arriver à tout moment, j’ai commencé mon traitement homéopathique. Je souhaitais vraiment mettre toutes les chances de mon coté pour faciliter l’accouchement et me détendre.

Le swiss ball : mon meilleur ami

S’il y a bien une chose que je recommande aux futures mamans, c’est le swiss ball. Il a été mon allié au quotidien pour soulager les maux de grossesse mais également pendant le début du travail. De plus, il peut être très utile après l’accouchement pour se remuscler. Un bon investissement que vous ne regretterez pas, je vous le promets !

L’ostéopathie pour soulager et préparer son corps

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas l’ostéopathie, c’est tout simplement une médecine manuelle et naturelle qui a pour but de détecter les tensions et les déséquilibres du corps afin de rétablir l’équilibre. Elle est donc idéale pour les femmes enceintes et les jeunes mamans qui subissent des changements brutaux et importants.

Pendant la 38ème semaine d’aménorrhée, j’ai donc décidé de me rendre chez mon ostéopathe pour soulager mes petites douleurs mais également pour préparer au mieux mon bassin. Le but n’était pas de déclencher un travail mais vraiment de m’aider à me sentir mieux dans mon corps.

Écouter son corps

De manière général, j’écoute beaucoup mon corps et j’essaie de comprendre les signaux qu’il m’envoie. Je pense que c’est important de coopérer avec lui pour être au top de sa forme ! En cette fin de grossesse, mes envies pouvaient être complètement différentes d’un jour à l’autre.

Parfois, je débordais d’énergie ! J’avais passé 3 mois allongée sur un canapé à cause de mon utérus contractile et alors que la fin approchait, je n’arrivais plus à rester en place. Peut-être que j’avais autant d’énergie pour que je m’active un peu et pour que je fasse travailler mon bassin qui n’avait eu aucune pression pendant toute la grossesse ? Cela dépendait des jours, en fonction de ce que j’avais à faire à la maison, mais je variais entre faire le ménage, marcher, faire des exercices sur le swiss ball… Je ne faisais rien de violent, bien au contraire. Chaque « activité physique » était effectuée dans la douceur et en faisant travailler ma respiration. Le but n’était pas de me faire mal mais de remettre en route la machine. M’activer pendant ce dernier mois de grossesse m’a fait beaucoup de bien. Cela me permettait d’évacuer les tensions et de libérer le trop plein d’énergie et d’émotions que j’avais accumulé pendant toute la durée de la grossesse.

Mais il arrivait aussi que je sois complètement épuisée au point d’être clouée au fond de mon lit. C’était donc l’occasion de reprendre des forces en me reposant sans forcer. Je pense que c’est important de savoir s’arrêter pour détendre tous les muscles du corps qui sont très sollicités pendant la grossesse.

Gérer ma peur de la douleur

L’accouchement a souvent été une source de stress pendant mes deux grossesses, et peut-être même un peu plus pendant la deuxième. C’est bête, mais après mon premier accouchement, j’avais peur d’avoir mal, peur de revivre une douleur aussi intense (ce qui ne m’a pas empêché d’en refaire un deuxième comme vous pouvez le constater 😉). Cette fois-ci, je me suis donc tournée vers des méthodes plus zen pour gérer mon stress. Respiration, méditation et sophrologie ont donc été très présentes dans mon quotidien pendant mon dernier trimestre de grossesse.

Ces exercices m’ont beaucoup aidée et m’ont permis d’apprendre quelques petites astuces pour mieux gérer ma peur et ma douleur.

Le yoga prénatal

J’attendais avec impatience ma préparation à l’accouchement dirigée par ma sage femme. Cette année, j’avais choisi le yoga, contrairement à l’année passée où nous avions choisi la préparation théorique et l’haptonomie.

Cette préparation est idéale pour soulager les petits maux de grossesse tout en douceur. Chaque exercice est effectué avec un travail de respiration ce qui permet à la future maman de mieux gérer la douleur pendant la grossesse ainsi que pendant l’accouchement.

Voici quelques petits mouvements de yoga prénatal :

La posture du chat pour soulager les maux du dos

La posture de l’enfant pour se détendre

La posture du demi-pont

Être dans un environnement positif

En cette fin de grossesse, j’avais envie de me retrouver seule avec moi-même. Je n’avais pas envie d’avoir des conseils et des retours d’expérience. Je n’avais pas non plus envie de faire un concours sur celles qui avaient accouché le plus rapidement. Je ne voulais pas non plus gérer l’impatience des autres alors que j’avais déjà beaucoup de mal à gérer la mienne. Bref, pour éviter tout ce que je ne voulais pas, j’ai mis de coté mon téléphone, les réseaux sociaux et les visites à la maison. Je ne vous recommande pas forcément de faire votre asociale comme moi, mais plutôt de savoir ce que vous voulez comme environnement en cette fin de grossesse. Peut-être préférerez vous être entourée ? Peut-être aimerez-vous discuter avec d’autres femmes enceintes ayant le même terme ? Dans tous les cas, il faut que cet environnement soit positif et qu’il vous fasse du bien.

Pour vous aidez à mieux vivre cette fin de grossesse, vous pouvez vous offrir (ou vous faire offrir) des petits soins pour vous détendre : un soin du visage, une séance shopping, une matinée à la piscine… Laissez parler vos envies !

Essayez également de vous fixer sur la date prévue de l’accouchement et non pas la date des fameuses 37 SA, semaine où bébé peut arriver à tout moment. En faisant ainsi, vous serez certainement moins déçues si bébé met du temps à pointer le bout de son nez et vous serez moins tentées à provoquer le travail. D’ailleurs, je pense qu’il est impossible de déclencher un travail si bébé n’est pas prêt. À part vous fatiguer ou vous faire mal, vous ne gagnerez pas grand chose (et je sais de quoi je parle). J’ai lu de nombreux témoignages de « déclenchements naturels » mais pour moi, c’est simplement une coïncidence ou alors une aide à l’accouchement quand bébé était déjà prêt à sortir.

♦ ♦ ♦

Et vous, qu’avez-vous fait pour vous préparer à l’accouchement ? Étiez-vous impatientes, sereines ou plutôt stressées ?

Des bisous, et en attendant, prenez soin de vous !

 

 

10 commentaires sur “Se préparer à l’accouchement naturellement et sereinement”

  1. J’ai bu de la tisane de feuilles de framboisier la veille de mon accouchement, c’est beurk sans le miel. Je prenais du Caullophylum aussi. J’ai beaucoup utilisé le ballon pour soulager mon bassin très tôt. Les cours de préparation à l’accouchement m’ont énormément aidé pour le jour J, j’ai su gérer mes contractions et ma respiration et tout s’est bien déroulé. J’ai également fait de la sophrologie et je m’en suis servie en salle de naissance.
    Bientôt le grand jour ! J’ai hâte que tu nous annonces la naissance de mini bis. ❤️

    1. On a pas mal de points en commun alors ! (sauf pour la tisane de feuilles de framboisier que j’adore :D)

      J’ai hâte aussi pour tout t’avouer !

  2. J’ai tout fait; sauf le yoga ! En plus de continuer le sport durant ma prochaine grossesse je compte bien me mettre au yoga après mes séances de sport ! En revanche pour mon premier accouchement je n’avais suivi aucun cours de préparation à l’accouchement et clairement ça ne m’avait pas manqué ! Et pour le prochain je ne pense pas en prendre non plus. En réalité j’ai beaucoup aimé suivre mon instinct je me suis énormément fait confiance !

    1. Le yoga c’est vraiment top ! Je regrette de ne pas en avoir fait plus tôt pendant la grossesse mais étant alitée, c’était impossible pour moi 🙂

      Tu as bien raison de suivre ton instinct. Je trouve que pour une deuxième grossesse, on a plus confiance en soi.

  3. Très jolie article encore une fois! J’ai pris simplement des cours classiques de préparation à l’accouchement, qui m’ont été utile en toute honnêteté pour ma culture générale. Au delà de ca, la sage femme était adorable, prévenante et m’a beaucoup aidé au début de mon allaitement. Le jour J ne m’est pas apparu comme je le pensais, contractions dans les reins et bas du dos donc plus aucun souvenir de mes cours de préparation, j’y suis allée au feeling lol! Sinon j’étais impatiente de le rencontrer mais pas inconsciente pour déclencher mon accouchement, mais assez sereine. Voilà, toujours un plaisir de te lire! Bonne fin de grossesse!

  4. Mince dire, que j’avais prévu que tu allais accoucher le 8 et tu es encore là ah ah 😀

    J’avais aussi fait ça avant l’accouchement, les tisanes, l’homéopathie.
    j’avais un peu massé le périnée également et pour la préparation à l’accouchement j’avais suivi la méthode Bonapace qui permet de gérer la douleur avec de la visualisation et des points d’accupression.

    J’ai eu la péridurale mais celle-ci n’a pu faire effet donc c’est comme si je ne l’avais pas eu et au final je ne regrette pas. J’ai eu très mal mais j’ai pu maitriser ce que je faisais du début à la fin, je poussais quand je le sentais.

    Bon courage pour la fin 🙂

    1. Au final, j’ai accouché après terme 😀 je viens seulement de reprendre le blog, une petite pause s’était imposée avec la naissance 🙂

  5. Coucou !

    Désolée, ça fait un petit moment que je n’étais pas passé par ici. Nous avons déménagé récemment, notre fiston a fait son entrée à l’école, je n’avais plus autant de temps qu’avant pour visiter les blogs des copines, mais ça y est je suis de retour 🙂 Je me demandais justement il y a quelques jours si tu n’avais pas accouché ^^ Et là que vois-je ? Sur ton compte instagram je vois les photos d’un tout petit bébé !!! Félicitations pour la naissance de ta petite Élise. Je ne peux que trouver ce prénom bien joli car c’est celui que porte notre fille 🙂

    Pour Miss JoliCoeur, ma sage-femme m’avait préparé tout un programme homéopathique pour préparer mon col à l’accouchement. Au final, je n’ai rien eu le temps d’utiliser car tout s’est passé très vite. Par contre j’ai beaucoup fait de ballon les jours précédents.

    1. Coucou ! Ne t’en fais pas je comprends très bien, les changements dans nos vies sont bien plus importants ! J’ai également fait une grosse pause avec l’avant et l’après naissance, je n’ai pas encore eu le temps de rattraper tout mon retard !

      Je ne savais pas que ta fille portait le même prénom 🙂 ! Je ne peux que dire que son prénom est très joli alors 😉

      Au final ici l’homéopathie a très bien fonctionné. Je l’ai utilisé pendant le travail et cela m’a bien aidé !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :